AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Messages : 217
Date d'inscription : 20/01/2012
Age : 21
Localisation : Dans le sud ♥
MessageSujet: Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]   Dim 19 Fév - 4:56

Rei se laissa tomber contre un arbre, le regard dirigé vers le lac qui lui faisait face. Cette immense étendue d’eau étincelait sous les rayons d’un soleil qui s’était fait rare ces jours-ci, dissimulé derrière des nuages qui ne cessaient de faire tomber la neige. Elle s’était finalement arrêtée il y a trois jours avec la remontée des températures, même si on pouvait encore en voir nichée sur certains endroits en hauteur. Peut-être qu'elle finirait par tomber de nouveau, mais avec l'apparition prochaine du printemps, il ne pouvait en être sûr. Le jeune homme enleva ses gants et les rangea dans son sac avant de saisir l’un de ses nombreux carnets de notes.

Cela allait bientôt faire un mois que Taki était arrivé à Atlantide, et c’était la deuxième fois qu’il se rendait au lac Cili. Il avait prit le bus pour s’y rendre ce matin, mais se promit que dès que les températures seraient plus chaudes, il ferait le voyage à pied. Ça lui permettrait de découvrir la nature environnante avec plus de précision…et sans mourir de froid, ce qui l’arrangerait un peu. En attendant, il se contentait de cet endroit, qu’il trouvait par ailleurs magnifique. Il en avait même fait le théâtre de certaines de ses histoires, qu’il avait publiée il y a peu dans un recueil de contes. La population d’Atlantide étant en grande partie composée d’enfants, le jeune homme avait choisit de commencer avec des petits livres de ce genre pour que les plus grands aient autre chose à raconter que l'éternelle histoire du petit chaperon rouge ou de la belle au bois dormant. Et puis il devait bien avouer qu’écrire ce genre d’histoire ne lui déplaisait pas! Même s’il avait pour projet de faire un roman destiné à une tranche d’âge un peu plus haute à l'avenir. Cependant, actuellement, Rei cherchait l’inspiration. Il avait bien conscience du fait qu’elle ne venait pas sur commande, mais cela faisait plusieurs jours qu’il n’écrivait plus. Il griffonnait parfois quelques lignes avant de les effacer rapidement : rien ne lui convenait. Aussi avait-il prit la décision de se rendre au lac, car c’était grâce à lui qu’il avait trouvé le contenu de nombre de ses contes.

Cette fois-ci cependant, les eaux miroitantes du lac restèrent silencieuses à son appel. Avec un soupir, il referma son carnet dont les pages étaient toujours aussi blanches et leva les yeux vers le ciel. Si grand, il semblait s’étendre à l’infini. Derrière se cachait-il le monde d’où il venait ? Le monde d’Atlantide était sensé se situer sous les mers, alors peut-être n’était-il qu’illusion. Seules les déesses le savaient…mais si jamais il les rencontrait, le jeune homme savait qu’il ne poserait pas la question. Ce monde renfermait une grande part de mystères qu’il ne souhaitait étrangement pas élucider, comme pour préserver la magie du lieu. Il se surprenait parfois à rêver de pouvoir rester ici éternellement, sur cette terre de paix où les mots guerre et terreur n’avaient pas leur place. Quand il serait adulte, est-ce qu’il se souviendrait de cet endroit comme d’un rêve ? Peut-être même qu’il finirait par l’oublier…non, à la réflexion, ce n’était pas possible. Ce n’est pas parce qu’on change de réalité que celle qui a existé avant n’était qu’un mirage. Sa vie d’avant lui apparaissait peut-être comme un cauchemar, mais elle faisait partie de lui et il s’en souviendrait éternellement. Tout comme son séjour à Atlantide serait, il le savait déjà, l’une des étapes les plus importantes de sa vie. Ce point d’ancrage qui lui avait permit d’échapper à la tempête, ce havre de paix qui lui apportait une sérénité qu’il avait depuis bien longtemps oublié. Ce nouveau « chez lui ».
Le vent se mit doucement à souffler, agitant les branches de l’arbre sous lequel il s’était installé. La sensation de la brise fraiche sur sa peau le fit ouvrir les yeux, et ce n’est qu’à cet instant qu’il se rendit compte qu’il les avait fermés. Le jeune homme se leva et, laissant son sac contre le tronc, décida de s’approcher du lac. Il sauta avec agilité sur un rocher plat qui émergeait de l’eau et y trempa sa main. Elle était froide…mais genre, très froide ! Il faut dire qu’il y a encore quelques jours, elle était recouverte d’une fine couche de glace…alors forcément, ça jouait un peu. Il songea que s’il tombait à l’eau, il aurait de grandes chances de tomber malade. Bizarrement, cette perspective ne le fit pas regagner la berge: tout juste décida-t-il de faire un peu plus attention. Taki s’assit sur le rocher –qui était même assez large pour qu’il s’allonge- et porta de nouveau son regard vers l’azur en laissant vagabonder ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vision-rpg.forumgratuit.org/


avatar


Messages : 275
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 23
MessageSujet: Re: Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]   Jeu 23 Fév - 0:21

    D'humeur joyeuse, j'enfilai un maillot de bain et une petite robe blanche à manches ballons par dessus. Quiconque m'aurait vu m'aurait pris pour une folle : ce n'était pas le genre de tenue que l'on portait en plein hiver ! Mais après tout j'étais une Déesse, et si je le voulais la température n'avait aucune incidence sur moi. Mieux : je ne ressentais pas le froid. Bien décidée à profiter de cette journée ensoleillée, je quittai ma maison et adressai un signe de la main et un grand sourire à mes sœurs avant de m'éloigner du coin. Où irai-je ? La plage ou le lac ? Il y avait plus de chance que des enfants traînent à la plage, alors je devrais me rendre invisible. Or cela coûtait à mon énergie et c'était agaçant de devoir se cacher. Alors pourquoi le faire, direz-vous ? Imaginez une star humaine sortir. Que se passe-t-il ? Tous les paparazzi aux fesses, obligés de courir, de cacher leur visage. Je n'avais rien d'une star, mais contrairement aux humains je dégageai une aura spéciale et on m'identifiait immédiatement.

    Je choisis donc de me rendre au lac. Je me téléportai jusqu'à quelques du lac où je décidai de marcher et de me défouler. Finalement je n'étais pas très loin des humains ; j'aimais m'amusais, j'étais encore une enfant. Marchant rapidement et d'un pas joyeux, je regardai avec émerveillement les quelques papillons qui sortaient par ce temps précoce, les fleurs qui recommençaient à pousser, le ruisseau qui menait au lac. Nos parents avaient crée cet endroit et c'était une réussite totale. Finalement, Sia, Rea et moi n'avions aucun mérite. Nos géniteurs approuveraient-ils qu'on amène ici des enfants humains ? Nous avions fait ce qui nous semblait le mieux pour eux. De toute façon ils avaient disparu à la naissance de Rea et nous n'avions plus aucune nouvelle. S'étaient-ils éteints pour nous laisser la place ? Nous ne le saurions sûrement jamais. Je sentis une aura humaine près du lac, aussi j'approchai prudemment. Un garçon était assis seul sur un rocher. Je me déshabillai, portant seulement mon maillot deux pièces noires et m'approchai de l'eau, faisant mine de ne pas l'avoir vu.

    Il ne touchait pas l'eau. Elle devait être glacée. J'identifiai rapidement son esprit, sans pour autant le regarder. Taki Reisui, 14 ans, Écrivain. Je mis mon pied dans l'eau. A quoi bon ? Je ne pouvais dire quelle était sa température. Attachant mes cheveux en un chignon rapidement fait, j'avançai jusqu'à ce que le bas de mon corps soit entièrement submergé. Là, je plongeai et restai sous l'eau un moment. Espérons qu'il n'y fasse pas attention et pense juste que j'avais une bonne respiration. Il aurait sans doute senti mon aura, mais cela pouvait être trompeur. Sortant de l'eau, je balançai la tête en arrière et la secouai pour ne pas avoir d'eau dans les yeux et les oreilles. Puis je finis par tourner la tête vers lui et prendre un air faussement surpris. Je m'approchai doucement de lui et lançai :

    " Tient salut ! Tu es ici depuis longtemps ? Je ne t'avais pas vu. "


    Même ma voix sonnait différemment de celle d'une voix humaine. Elle avait une profondeur et une clarté inégalable. Je plantai mes yeux bleus gris dans les siens et souris. Si Taki avait un peu de jugeote, il me reconnaîtrait. Au centre de la place, sur la fontaine, était érigée une statue à mon image. Je m'enfonçai de nouveau dans l'eau et nageait sous la surface un moment, observant chaque poisson, chaque plante avec ravissement. Je reviendrai plus souvent au lac à l'avenir, l'endroit était magnifique. Fermant les yeux un instant, je demandai à la terre d'exaucer mon vœux et quand je remontai à la surface, effectivement il l'était : un rocher était né et dépassait de l'eau, non loin de celui de Taki. Juste assez grand pour s'y asseoir ! Je m'y assis et demandai :

    " Alors Taki-chan, tu te plais à Atlantide ? "

    Pas la peine de se cacher.

----------------------✄-----------------------------


Alaska & Masamune. Please, stay by my side forever and after. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://h-s-sup.forumactif.com/


avatar


Messages : 12
Date d'inscription : 16/02/2012
Age : 22
MessageSujet: Re: Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]   Ven 24 Fév - 1:42

    Ce n'était pas une bonne matinée, pas une bonne journée d'ailleurs, ni une bonne semaine. A vrai dire Raphaël n'avait jamais connu de bons moments dans son existence, peut être des fugaces, parfois, des courtois qui avaient décidés par on ne sait quel miracle de rendre visite à la vie morose et insipide de la jeune fille. Elle ne s'en souvenait pas, elle ne se souvenait de pas grand chose, certes, mais elle savait que le sang était omniprésent, et cela devait être suffisant pour la forcer à vivre, encore. Raphaël était stupide, dans sa vision du monde ou sa façon de vivre, et à vrai dire, rien de tout cela n'avait changé depuis sont arrivée à Atlantide. Elle était heureuse, elle le semblait, elle était triste, elle ne s'en même rendait pas compte, enfaîte Raphaël était neutre, et il s'agissait peut être bien de sa seule certitude. Dans sa neutralité elle avait appris à vivre sans se poser de question ou sans comprendre ce dont la vie était fait. Elle avait appris à vivre avec fatigue et espoir, avait appris à vivre en fuyant ou en allant à l'avant du problème. Elle tait lâche, mais pourtant courageuse. C'était une contradiction ambulante, dans tout ce qu'elle préconisait ou qu'elle vivait. Et c'est pour cela, que préférant le confort d'un lit elle avait favoriser le banc dur et glacial de la gare, il n'y avait aucune explication, juste une contradiction.

    Et se matin, elle s'était réveille, recouverte de la froideur ambiante, fatigué et toute engourdie. Elle avait commencé par ouvrir les yeux, par rechercher un coin sombre pour se cacher, puis avait finis par abandonner, ce n'était point encore utile. En effet, elle avait pour le moment réussit à échapper aux gens et en leur bonne volonté, à leurs questions insupportables qu'ils ne se seraient pas contentés de lui poser, mais aurait en plus attendus une réponse. Et Raphaël ne voulait pas expliquer ses agissements, elle ne voulait pas d'aide et elle ne voulait surtout pas de pitié. Elle n'était pas une de plus âgé ici, certes, mais elle n'était pas non plus une enfant. Elle était juste exténué, de vivre, de vouloir mourir, de préparer une vengeance, ou d'essayer seulement d'être heureuse. Elle voulait que tout s'arrête, et sa paix salvatrice lui arriverait peut être d'Atlantide ?

    Ensuite, le second reflex de Raphaël fut de se lever, et d’observer les environs, elle reconnut deux choses. Pour le premier que l'heure n'était plus si matinale et qu'un flux de voyageurs marchait et revenait dans une cacophonie assourdissante. Ensuite, qu'elle avait eu beaucoup de chance, puisque cacher sous une piles de manteaux et de sacs installer la provisoirement, elle avait était invisible toute la nuit des contrôleur et voyageurs potentiels. Elle se félicita donc inconsciemment d'avoir déposer une bonne partie de ses effets sans importance avant de dormir, et remercia à voix haute, cette fois, les personnes qui avaient dut compléter la piles sans se demander si il y avait quelqu'un derrière, et si oui, que faisait elle là. Personne ne put entendre son remerciement, bien évidemment, mais Raphaël fut contente de l'avoir fait.

    S'époussetant, elle réfléchit quelques instants à son apparence, et se rendit compte que ses vêtements froissé et dépareillés, que son visage cerner et ses cheveux totalement électrique et décoiffés ne l'aiderait pas à passer inaperçus. Elle dégota donc, de sa sacoche en bandoulière qui lui avait servit d'oreiller, un miroir de poche, une brosse de fer et quelques produits de beautés. Elle entreprit de s'appliquer de l'anti-cernes, et crayonna de noir son unique œil. Elle remit en place son bandeau de soie grise, coiffa et attacha ses cheveux blanchâtres en une haute queue de cheval. Une fois ceci fait, sous les regards curieux des passant, la jeune fille resserra sa robe trop lâche d'un bout de tissus de couleur unis. Par la suite, elle se dirigea vers un vendeur de viennoiseries et avec ses quelques pièce de métal doré s’acheta un croissant, qu'elle n’eut même pas le courage d'engloutir en entier.

    Ses pas la menèrent ici et là, et elle se surpris elle même à monter dans un bus. Elle avait besoin de changer d'air et de fuir la population et quitter la ville était peut être le meilleur moyens. Le trajet se passa sas encombres, elle rêvassa quelques peu et imagina des histoires avec des princes et des dragons, avec des princesses à secourir, et des monstres à oxyres. Elle dessina aussi, des paysages fantastiques et des ciels sans fin, tous plus magnifiques les uns que les autres. Et le bus se gara en son terminus, et tout le rêve se brisa.

    Une fois dehors, Raphaël huma l'air frais de la fin de l’hiver avec satisfaction et apaiser elle observa les alentours. La nature environnante était magnifique, et elle ne put s’empêcher de pleurer devant un tel spectacle. Elle ne connaissait rien de beau sauf la musique, rien de joyeux sauf l'amour qu'elle avait connue, et se paysage, d'arbres et d’herbes fraîches, de neige et de mystère englobait ses deux choses, qui lui manquait terriblement. Elle fut soulager, et pour une fois heureuse de connaître une chose dont ou lui avait souvent parler mais qu'elle n'avait jamais prit le temps d’apprécier. Ses pas la menèrent au lac, qu'elle observa avec une facilité déconcertante pour son être, et qui créèrent un nouveaux surplus de larmes de joie dans son organismes. Se calmant, reprenant son souffle, Raphaël eu la mauvaise surprise de découvrir deux individus, assis sur des roches. Un garçon et une fille, et de loin, la rousse lui sembla familière. Il lui fallut quelques secondes pour la reconnaître, il s'agissait d'une des déesses de se lieu. Tiens donc, cela était intéressant. Mais Raphaël ne s'approcha pas, elle préféra s’asseoir à même le sol, et observer de loin cet étrange couple qui parlait de choses inconnue pour la gamine, qui n'entendait absolument rien.


[HRP: Désolée pour le temps de réponses et se rp écris à la va vite... ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Messages : 217
Date d'inscription : 20/01/2012
Age : 21
Localisation : Dans le sud ♥
MessageSujet: Re: Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]   Dim 11 Mar - 5:13

[désolé du retard, vraiment >< en plus réponse pas terrible, je sais...]

Un frémissement dans l'air. Un brusque changement d'atmosphère. Comme s'il s'était passé quelque chose qui, l’espace d’un instant, avait fait cesser la course du temps. Que maintenant que ce quelque chose venait d’arriver, tout était différent. Quelque chose de fort, mais en même temps de doux. Une sorte de chaleur qui se rependait dans l'atmosphère, mais qui était loin d'être étouffante. Plutôt...comme si quelqu'un vous prenait dans ses bras en vous murmurant des mots d'amour. Une de ces chaleurs qui ne réchauffe que le cœur et que recherche chaque enfant en se blottissant dans les bras de sa mère.
C'est ainsi que Rei sentit la déesse Alaska arriver plus qu'il ne la vit.

Elle avait de longs cheveux roses, mais loin d’être aussi voyant que les teintures flash de certaines adolescentes. Non, les siens étaient d’un rose plus pâle, plus doux ; il se demanda si elle était née comme ça ou si elle pouvait changer de couleur à volonté. Venant d’une Déesse, il ne pouvait être sûr de rien. Elle ressemblait trait pour trait à sa représentation sur la grande place et l’artiste avait sans conteste fait du bon travail, mais la voir en vrai, c’était complètement différent. Certes, il croyait à l’existence des Déesses, mais ce n’était justement qu’une croyance qui n’avait rien de très concret. Pourtant, à cet instant, l’infime limite qui existait entre le mythe et la réalité venait de s’effacer en la personne d’Alaska Alehandra, l’aînée des trois Déesses d’Atlantide. D’un pas léger et gracieux, elle s'approcha du lac, semblant ne pas remarquer sa présence. Ou alors peut-être qu'elle considérait qu'il n'était pas assez important pour qu'elle daigne aller le voir ? Non, songea-t-il après une brève réflexion, selon les écrits et les légendes qui courraient sur elle, ce n'était pas du tout son genre. Ça serait plutôt celui de Sia, celle dont on dit qu'elle restait éternellement indifférente.
En silence, il l’observa retirer ses vêtements pour dévoiler un maillot à deux pièces noir, puis mettre un pied dans l’eau comme pour en tester la température. Elle était belle, c’est indéniable, mais il y avait autre chose que son visage ou sa silhouette qui la rendait ainsi. Peut-être la grâce contenue dans le moindre de ses mouvements ou l’étrange aura qui semblait émaner d’elle ? Il ne pouvait le dire avec certitude. Bien sûr, il n'était pas attiré par elle -ce serait assez étonnant de sa part, mais Taki savait apprécier la beauté des choses quand il les voyait. Pourtant… il ressentait un certain malaise. C’était une sensation vague, ténue, dont il ne pouvait vraiment identifier la provenance mais qui lui donnait envie de s'en aller. Il décida de l’ignorer, se disant sans trop y croire que ce n’était que passager, et recommença à observer la Déesse.

Le froid ne semblait pas la gêner. Peut-être qu’elle ne le ressentait tout simplement pas ? Attachant rapidement ses cheveux en un chignon dont s’échappèrent malgré tout quelques mèches de cheveux, la jeune femme s’avança dans l’eau. La Déesse n’avait toujours pas jeté le moindre regard vers Taki, bien qu’ils ne soient pas vraiment très éloignés. Le jeune homme était en train de se demander s’il ne devrait pas dire quelque chose quand la divinité plongea soudainement dans l’eau. Un peu surpris, il ne fit pas le moindre mouvement et enroula son doigt autour d’une mèche de ses cheveux, tic qu’il lui arrivait d’avoir inconsciemment quand il était perplexe ou qu’il réfléchissait. Une Déesse se baignait à quelques mètres de lui dans un maillot deux pièces. L’irréalité de la situation aurait peut-être du le frapper, mais cela ne le choqua pas vraiment. Après tout, humaine ou pas, elle avait bien le droit d’aimer la natation. Ce n’était pas un problème. Par contre, elle ne ressortait toujours pas et cela faisait quelques minutes qu’elle était en apnée, et si ce fait ne l’inquiéta pas vraiment, il fit jaillir en lui une courte réflexion. Est-ce qu’elle avait besoin de respirer ? Il n’en avait aucune idée et supposa que non...mais si Alaska était un être vivant avec un organisme, elle avait besoin de respirer, ou au moins d’avoir quelque chose d’équivalent. Si ça se trouve, elle avait des branchies ou pouvait s’en créer au gré de sa volonté ? A moins qu’elle n’ait simplement une bonne respiration…il ne s’y connaissait pas vraiment en matière de divinité alors il n’avait aucun moyen de le savoir. Mais au final, était-ce vraiment important ? Au moment où cette pensée lui traversait l’esprit, la jeune femme sortit de l’eau en secouant la tête, projetant par la même occasion une multitude de petites gouttes d’eau en l’air qui scintillèrent autour d’elle.
La divinité sembla décider de prendre en compte sa présence et se tourna vers lui en faisant mine d’être surprise. Ses yeux étaient le résultat d’un harmonieux mélange de bleu et de gris et lui apparaissaient si profond qu’il aurait presque pu s’y noyer. Elle lui sourit, et le malaise qui l’étreignait depuis tout à l’heure ressurgit en lui sans qu’il ne puisse vraiment en expliquer la cause.

" Tient salut ! Tu es ici depuis longtemps ? Je ne t'avais pas vu. "
lui demanda-t-elle d’une voix si claire et mélodieuse qu’elle ne pouvait décidément pas être d’origine humaine.
« Bonjour…je ne sais pas vraiment depuis combien de temps je suis là mais je vous ais vu arriver. » lui répondit-il en français par réflexe, ne s’apercevant qu’après coup qu’elle s’était adressé à lui dans la langue de Molière.

Près d’une seconde après qu’il lui ait répondu, la divinité replongea sous l’eau. Cette fois-ci, il y prit à peine attention, ayant décidé de ne plus s'interroger sur la capacité de la Déesse à rester en apnée. C’est peut-être parce qu'il détourna justement le regard de l'eau un instant qu’il fut surpris quand il se rendit compte que le temps d'un battement de cils, un rocher était né là où il n’y avait que de l’eau quelques secondes auparavant. Cela s’était fait sans bruit et sans éclaboussures, non ; c’était plutôt comme si ce rocher avait toujours été là mais qu'il ne l'avait pas remarqué jusqu'alors. Pourtant, il était certain qu'il n'était pas là tout à l'heure. Nul doute que c’était l’œuvre de la Déesse, surtout que quelques instants plus tard, elle sortit de l’eau pour s’y asseoir. Se tournant vers lui, elle lui demanda avec le même sourire que tout à l’heure s’il se plaisait à Atlantide.

Un instant, il resta muet. Que devait-il lui répondre? Bon, la vérité évidemment. Question bête. Alors pourquoi ne le faisait-il pas? Pourquoi ne lui disait-il pas que cet endroit était magnifique et ne cessait à chaque instant de l'émerveiller? Que le monde où il vivait avant était, comparé à ici, un véritable enfer à l'intérieur duquel il se mourrait un peu plus chaque jour qui passait? Qu'il avait été sauvé et que maintenant, il savait ce que signifiait vraiment les mots "paix" et "bonheur"? Qu'il adorait son nouveau métier? Qu'il ne les remercierait jamais assez de permettre à un tel lieu d'exister? Oui, pourquoi ne lui disait-il pas tout simplement qu'Atlantide le rendait heureux?
Il savait pourquoi. Parce que le malaise qui flottait autour de lui tout à l'heure était venu s'insinuer jusqu'à son cœur et le serrait maintenant comme pour le broyer. Quel en était vraiment la nature de ce sentiment? Il l'ignorait. Il ne voulait pas le savoir. Il était stupide. Son doigt torturant toujours la même mèche de cheveux, il essaya de se forcer à lui répondre, . Après tout, ce n'était pas tout les jours qu'une Déesse venait vous taper la causette!

"Je...suis bien, ici. Merci." lui répondit-il en toute simplicité, sans s'étaler sur les pensées qu'il avait eu tout à l'heure. Son "merci" regroupait beaucoup plus de choses qu'il n'en avait l'air. Mais de toute manière, il n'était pas très bavard.

Le jeune homme tourna presque inconsciemment les yeux vers l'arbre où était posé ses affaires, comme s'il voulait échapper au regard de la Déesse qui semblait lire en lui. Ce fut alors qu'il remarqua, à quelques mètres de là, une jeune fille aux cheveux blancs qui les observait. Une autre albinos? C'était assez rare, pourtant. Ceux qu'il avait croisé dans sa vie pouvaient se compter sur les doigts d'une main. Son regard passa alors de la fille à la divinité, se demandant ce qu'il devait faire. Alaska irait probablement la voir, non? Il pouvait donc se permettre de quitter son rocher sans paraitre impoli...parce que oui, depuis qu'elle avait plongé son regard bleu/gris dans le sien, il ne rêvait que de ça. S'éloigner discrètement, reprendre son sac et aller faire un tour ailleurs. Loin de ces yeux et de cette aura qui faisait remuer en lui des choses qu'il avait par tous les moyens cherché à éliminer. Bon, il n'allait pas s'enfuir non plus évidemment, mais au moins elle cesserait peut-être de le regarder aussi intensément.

"Et si nous allions la voir?" lui demanda-t-il, un peu gêné. "Elle nous fixe depuis tout à l'heure, il faudrait peut-être aller la saluer..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vision-rpg.forumgratuit.org/


avatar


Messages : 275
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 23
MessageSujet: Re: Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]   Dim 11 Mar - 5:46

    Un autre enfant approchait, je le sentais. Une fille cette fois. Je souris quand, après les réponses de Taki, il regarda vers l'endroit d'où émanait la présence et proposait d'aller la voir. Je disparus et réapparus sur la rive, à côté de mes affaires. Si il y avait bien quelque chose que je détestais, c'était la téléportation. C'était une expérience désagréable : comme si le monde n'existait plus, qu'un trou géant vous aspirait et ne voulait plus vous laisser sortir. En fait, je ne détestais pas : ça me faisait peur. Il ne faut pas croire que les Déesses n'ont peur de rien. Car après tout, nous ressentions des sentiments nous aussi.

    J'enfilai ma robe et m'approchai de la jeune fille. Raphaël Greenwalk; 15 ans; serveuse. Je la regardai quelques instants, sans faire attention à l'air de surprise qui naquit sur mon visage. Bien loin de vouloir lui manquer de respect, son apparence m'avait vraiment déroutée : elle ressemblait énormément à Sia, avec ses longs cheveux blancs et son regard franc. L'atmosphère se détendit considérablement, ainsi que les sentiments de la petite et de Taki. Je n'avais pas vraiment de contrôle sur ses choses là, mes propres sentiments altéraient ceux des autres dans un rayon de quelques kilomètres. Les oiseaux se mirent à chanter. J'esquissai un grand sourire et m'approchai encore un peu d'elle :

    " Je peux m'asseoir ? "


    Je regardai Taki qui arrivait, un peu moins rapidement. Il avait peur de moi, je l'avais senti. En fait, c'était vexant. Des trois Alehandra, j'étais celle qu'il fallait craindre le moins. J'étais incapable de faire du mal à qui que ce soit, ni de hausser le ton, et encore moins m'énerver. Alors comment était-ce possible que son cœur batte si vite et qu'il parle si peu ? Peut-être que je l'avais dérangé et que ma présence l'agaçait, en fait. Je continuai d'une voix douce, à l'attention de Raphaël :

    " Il ne voulait pas qu'on te laisse seule ici. "


    Je me relevai pour les laisser parler un peu et, après avoir fait un saut en l'air, je me transformai en oiseau pour battre un peu des ailes. Un grand oiseau semblable à un phœnix, d'un blanc immaculé. C'était une sensation incroyable, que les humains avaient toujours rêvé de connaître. Je tournoyai dans le ciel, pour m'aéerer les idées. Oui vraiment, j'étais vexée. Je cherchai à comprendre ce qui n'allait pas. Mais finalement, y penser me fit plus de mal. J'atterris et demandai, poing sur la hanche :

    " Vous avez le vertige ? Ça vous dirait de voler ? "


    Je pouvais les faire voler aussi, mais pas sous forme d'oiseaux. Il suffisait que je les " mette " dans une boule et que je les élève au dessus du sol. Je pouvais aussi les faire plonger sous l'eau et leur faire découvrir le fond du lac ... Il fallait que je me rattrape avec ce garçon. A ce moment là, j'aurais aimé que Rea et Sia soit là. Qu'on partage un vrai moment toutes les trois, comme lorsque nous étions enfants.

----------------------✄-----------------------------


Alaska & Masamune. Please, stay by my side forever and after. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://h-s-sup.forumactif.com/



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le reflet du ciel [PV Taki-Raphaël-Alaska]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cassandre - Clove - Narcisse - Raphaël - Alaska
» Le reflet du passé [Terminé]
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Septième ciel
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantide : La cité des enfants . :: HISTOIRE; Quand tout à coup, un monde merveilleux apparut devant ses yeux ...  :: Les abords d'Atlantis.-