AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pluie et soleil ne donnent rien de plus qu'un arc-en-ciel, tu sais ? [PV TAKI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Messages : 174
Date d'inscription : 09/05/2010
Age : 22
Localisation : Ici et là.
MessageSujet: Pluie et soleil ne donnent rien de plus qu'un arc-en-ciel, tu sais ? [PV TAKI]   Lun 30 Avr - 23:07

    Le jour se levait lentement, mêlant la pluie de la nuit aux doux rayons du Soleil qui commençait à apparaître derrière les montagnes, et créant de ce fait un magnifique arc-en-ciel dans le ciel clair. En nous rapprochant un peu plus de notre belle Cité, nous pouvons voir une magnifique cascade, qui reflète d'ailleurs ledit arc-en-ciel. Et juste à côté, une cabane en apparence vieille et délabrée, donc probablement déserte, trône. Mais ne vous faites pas d'illusion ; c'est la maison de Sia Alehandra, la Déesse Neutre. Celle-ci est d'ailleurs en train de se lever. Approchons nous encore.

    Ses longs cheveux blancs en bataille, la divinité sort de son lit lentement, visiblement sans entrain, et baillant aux corneilles. Même les Déesses baillent. Soupirant, elle fait apparaître une tasse de thé et la sirote en regardant par la fenêtre. Que faire aujourd'hui ? L'ennui est le piège de l'éternité. La Neutralité n'avait aucune envie de rester chez elle. Aller voir ses sœurs serait une épreuve trop importante pour ce jour. L'école ? Oh non, elle était d'un ennui ! Le temple ? Aucune motivation. Errer en vain ? Pourquoi pas, mais où ? Atlantide ... Le plus compliqué lorsqu'elle décidait d'y sortir, c'est qu'elle en connaissait déjà tous les endroits. Soupirant de lassitude, la jeune divinité finit sa tasse et la fit disparaître d'un classement de doigts.

    Quelques minutes plus tard, elle quittait la cascade près de laquelle elle logeait et se dirigea vers le Nord, sans but précis. Sur le chemin, l'Être Neutre pensa à son passé, à sa vie, à ses sœurs, aux enfants d'Atlantide, à Atlantide elle-même, et à toutes sortes de choses qui n'avaient en soi aucun intérêt. Au moment où elle arriva à la conclusion qu'il devrait y avoir de l'eau sortant du sol pour aller sur Terre, la jeune fille aux cheveux blancs se rendit compte qu'elle ne suivait plus le sentier depuis très longtemps. Par conséquent, elle se retrouvait dans un endroit sombre, où on pouvait voir de la végétation, un ruisseau et ... rien d'autre. Il fallut quelques temps à l'Indifférente pour se rendre compte qu'elle s'était égarée. Alors il y avait encore des endroits cachés, après tout ce temps, finalement. Mais la surprise ne faisait pas partie des sentiments que Sia pouvait ressentir, alors elle opta pour la lassitude et soupira fortement.

    Que faire maintenant ? Elle pouvait utiliser ses pouvoirs, certes, mais elle n'en avait aucune envie. Avancer. Elle finirait bien par croiser une forme de vie quelconque, n'est ce pas ? C'est sur ces idées blasées que l'immortelle s'appuierait pour justifier son absence de plusieurs jours à ses égales. En effet, elle erra sans aucune idée de l'endroit où elle était durant des jours et des jours. Elle comprit ce jour là pourquoi Grea se moquait si souvent de son "manque affligeant d'orientation". L'explication était claire, elle ne prêtait pas assez d'attention au paysage, alors elle repassait devant un nombre incalculable de fois. Mais la Divinité ne se rendit pas compte du temps qui passait, et ce fut lorsqu'elle se prit les pieds dans une racine et qu'elle dégringola lamentablement le long d'une pente qu'elle comprit qu'il faisait nuit, et qu'elle tournait depuis si longtemps juste au dessus de la fête foraine de l'île. Quelle imbécile.

    Invisible, Sia prit une glace, et alla s'asseoir en haut d'une colline un peu en retrait de la fête. Elle n'aimait pas la foule. Et d'ici, on ne pouvait pas la voir, alors elle reprit son apparence. L'éternelle indifférente essuya le bas de sa robe blanche et s'étala par terre avec un manque de grâce désespérant pour son rang. La Déesse mit un bonbon dans sa bouche et ferma les yeux. Allongée dans l'herbe, éclairée par les lumières de la fête, ses cheveux blancs étalés autour d'elle et avec un air si paisible sur le visage, on aurait pu croire à un ange tombé du ciel. Enfin, si ses traits ne manquaient pas cruellement de sentiments. Un bruit à sa droite ne tarda pas à lui signifier un visiteur importun.

    [Ça y est, enfin fini !]

----------------------✄-----------------------------
    « Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://atlantide-children.forumactif.org/


avatar


Messages : 217
Date d'inscription : 20/01/2012
Age : 22
Localisation : Dans le sud ♥
MessageSujet: Re: Pluie et soleil ne donnent rien de plus qu'un arc-en-ciel, tu sais ? [PV TAKI]   Ven 22 Juin - 23:40

Ce matin-là, à Atlantide, le soleil régnait en maître dans le ciel. Pas l'ombre d'un nuage ne venait empêcher ses rayons d'illuminer la ville et d'augmenter en flèche la température de l'atmosphère. Avec un soupir, Rei regretta les jours de pluie qu’ils avaient eue ces derniers jours. Beaucoup devaient être heureux que l’eau ait cessé de se déverser du ciel, mais pour lui, il n’avait s’agit que d’une bénédiction. A cause de son albinisme, il était forcé de faire très attention au soleil, sous peine d’avoir un jour des cancers de la peau qui pourraient se révéler dangereux pour sa santé. Il ressortit donc ses lunettes de soleil et se couvrit la peau d’une crème solaire achetée dans la pharmacie du coin, prétendument très efficace.

Non, vraiment, Taki détestait l’été qui s’annonçait.

Il resta chez lui pour la journée, n'ayant aucune envie d'aller sous ce soleil brûlant. De toute manière, il n’avait rien de particulier à faire dehors maintenant qu’il s’était ravitaillé. Pour s’occuper, il écrivit un peu, mais du renoncer au bout d’un moment face à son manque d’inspiration. Il fit le ménage, lut quelques bouquins, prépara la chambre qu’il n’utilisait pas en vu du prochain train qui allait arriver à Atlantide –à ce qu’il parait, il avait beaucoup de chances d’accueillir prochainement un japonais chez lui- mais la plupart du temps, s’ennuya profondément.

Vers sept heures du soir, quand le soleil commença à perdre de l’intensité, le jeune homme ne tint plus et décida de prendre l’air. Passer la journée enfermé était plus un calvaire qu’autre chose et il avait vraiment besoin de faire un tour. En sortant, la caresse du vent sur sa peau fit naitre un sourire sur son visage et il se sentit tout de suite beaucoup mieux. Plus léger. Plus libre.
Il commença alors à parcourir les rues d’Atlantis sans réel but précis. Les fleurs bordaient les chemins, proliféraient dans les jardins et décoraient les balcons, habillant la ville d’une infinité de couleurs. Les cerisiers étaient les premiers cette année à offrir leurs fruits à la myriade d’enfants qui peuplait Atlantide, et il n’était pas rare d’en voir certains se faire la courte échelle pour cueillir ceux dont les branches penchaient vers la rue, au détriment des personnes qui avaient planté l’arbre sur leur terrain. Parmi les enfants qui se bousculaient autour de lui, Rei détonnait un peu dans ce paysage ; en effet, en ce mois de mai, la chaleur ne cessait d’augmenter et les habitants avaient bien vite rangés leurs écharpes et leurs manteaux au profit de débardeurs colorés et de shorts tous plus courts les uns que les autres. Lui portait un haut blanc à manche longue et un jean long qui n’exposait ainsi pas sa peau au soleil, même si celui-ci déclinait déjà à l’horizon. Lorsque la nuit tomba, il l’accueillit avec bienveillance, comme l’on accueille une vieille amie fidèle.

Il aperçut au loin les lumières vivaces de la fête foraine et décida de les contourner, ne souhaitant guère se joindre à la foule. Rangeant ses lunettes de soleil dans son sac, il avança sans trop savoir où il allait. De toute manière, l’obscurité n’était pas un problème ; à Atlantide, ce n’était pas comme dans le monde d’en haut. Personne ne viendrait profiter de la pénombre pour vous agresser et vous faire du mal ; ce genre de peur n’avait plus de raison d’être dans cette ville protégée des Déesses.

Il avisa une colline non loin de la fête et s’y dirigea dans le but de se reposer quelques instants. Mais au fur et à mesure qu’il s’approchait, il sentit un changement dans l’atmosphère de l’air. C’était une sensation difficile à exprimer, comme si ce qui l’entourait était enveloppé d’une aura étrange. Une sorte…de paix. Pas de douceur, ni même de bienveillance, mais bel et bien de paix. Il se rendit compte qu’il avait ressentit une chose à peu près semblable quand la Déesse Alaska était apparue près de lui.

Il comprit immédiatement de quoi, ou plutôt de qui il s’agissait quand il aperçut une silhouette sur la colline.

La jeune femme était allongée dans l’herbe, les yeux clos. Ses cheveux blancs s’étalaient autour d’elle comme une auréole de lumière, et sa robe blanche semblait étinceler sous les lumières de la fête. Rei songea un bref instant à la comparer à un ange, mais se corrigea immédiatement ; c’était une véritable Déesse qui se trouvait en face de lui. Oui, la Déesse Sia. Celle dont les traits, conformément à la légende, semblaient vides de toute expression, de tout sentiments.
Celle qui ressemblait tant à la neige qu’il avait vue cette nuit-là.

Il n’hésita pas un instant avant de s’approcher. Arrivé devant elle, il s’inclina sans un mot durant trois longues secondes, puis se redressa et s’assit dans l’herbe. Il n’était pas collé à elle et avait établit une petite distance d’un mètre environ, histoire de ne pas trop la gêner.
Pourquoi ne disait-il rien ? Hé bien en vérité, il n’avait pas forcément très envie de parler, de rompre la musique du silence qu'il se plaisait à écouter dès qu'il en avait l'occasion. Pour dire quoi en plus? « Bonsoir » ? Quel intérêt ? Il avait déjà marqué son respect en se courbant comme sa mère lui avait apprit à faire il y a très longtemps. Et puis si elle ne souhaitait pas sa présence et qu’elle décidait de le virer, ce n’est pas une simple salutation de ce style qui allait changer grand-chose. Mais il espérait qu'elle n'en ferait rien. Après tout, maintenant qu'il l'avait vu, pourquoi passer son chemin comme si de rien était? On ne rencontrait pas une telle Déesse tout les jours, et le jeune homme ne comptait pas laisser passer cette occasion. Et puis il sentait que s'il partait maintenant, il le regretterait.

Les secondes passèrent, et toujours aucune réaction du côté de la Déesse. De son côté, Taki réfléchissait, le regard perdu dans la lumière des étoiles. Réflexion faite, il avait bel et bien une chose à lui dire. Un mot qu'il avait déjà dite à la Déesse Alaska lorsqu'il l'avait rencontré. Un mot qu'il n'hésiterait pas à dire à la Déesse Rea s'il la croisait un jour. Un mot qui voulait à tout prit franchir la barrière de ses lèvres maintenant que la Déesse Sia était à ses côtés.
Et qui la franchit avant même qu'il ne s'en rende véritablement compte.

Sa voix qui n'était que murmure s'envola avec le vent et se perdit dans la nuit, comme si elle n'avait jamais existé. L'avait-elle entendue? Peu importait. Il se sentait bien. Comme jamais il ne s'était sentit dans son autre vie, où tout n'était que cris et reproches, où le silence ne parvenait pas à trouver sa place. Où il ne parvenait pas à trouver sa place, errant tel un invisible au milieu d'une famille d'aveugles qui ne cherchaient qu'à se rendre sourds.
Mais celle qui était venue le voir cette nuit-là lui avait offert une chance. Non, plus que ça, elle lui avait offert une vie.
Et également le silence.

"Merci."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vision-rpg.forumgratuit.org/
 

Pluie et soleil ne donnent rien de plus qu'un arc-en-ciel, tu sais ? [PV TAKI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» sous le soleil d'Hawaï, rien de mieux qu'une chasse aux trésors !
» (dolan) › rien ne sert de rêver mon amour, tu sais.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» [FB] La pluie et le soleil n'y changeront rien [PV : Klara]
» Quand la pluie nous ennuie ( pv Kiba ) --- Terminé ---

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantide : La cité des enfants . :: HISTOIRE; Quand tout à coup, un monde merveilleux apparut devant ses yeux ...  :: Le quartier des loisirs.-